Association Haute-Marne Enfants du Togo - Mairie, 52500 Corgirnon

Pour le développement de l'alphabétisation au Togo.

Retour au sommaire

Lu dans la Presse : Projet d'orphelinat pour les enfants du Togo

Après neuf réalisations scolaires abouties, l'association Haute-Marne Enfants du Togo travaille sur un projet d'orphelinat qui dispenserait une formation à ses pensionnaires. Manquent encore quelques sous...

L'association Haute-Marne Enfants du Togo poursuit inlassablement et efficacement son oeuvre. La 9ème construction, un collège, sera terminée au plus tard dans un mois. Cette étape franchie, plus de 2300 élèves fréquenteront un des établissements créés grâce au travail d'André Romano et de ses amis.
Encouragée par ses succès concrets, l'association dont le siège est à Corgirnon évoque aujourd'hui un projet légèrement décalé mais tout aussi intéressant que les précédents : la construction d'un orphelinat pour jeunes filles.
Les orphelines y suivraient une formation en couture et haute couture africaines sanctionnée par un diplôme officiel à l'issue de trois ans de formation. Pour elles, cette formation serait gratuite. Au Togo, normalement, les apprentis payent leur patron.
En cas de réussite à l'examen, devenues autonomes, elles pourraient quitter l'orphelinat ou participer à la formation des nouvelles pensionnaires, dans cet établissement ou un autre.
Mais l'emploi du conditionnel est-il encore pertinent ici, tant le projet de l'association semble solide, étayé. Même le très prudent André Romano use le futur : "Cet orphelinat-centre de formation sera situé à Sétékpé dans la commune d'Azanhou, à 70 km au nord-ouest de Lomé. Il sera géré par une religieuse qui a déjà l'expérience d'une structure identique ; les cours de couture seront assurés par une jeune fille qualifiée. Plus tard sont prévues des formations dans d'autres disciplines comme la cuisine."

Un forage pour l'eau envisagé

Ces jeunes filles échapperont ainsi à la condition plus que difficile des orphelines, en Afrique de l'ouest, condition très dure même lorsqu'elles sont recueillies dans une famille dite "d'accueil".
Dans cette région, compte tenu de la nature du sous-sol, la construction d'un puits est impossible. Les habitants des villages vont chercher l'eau dans un barrage de terre situé à 1.5 km. L'association haut-marnaise envisage, dans les meilleurs délais, le financement d'un forage à 105m de profondeur. La pose de panneaux solaires, et l'installation électrique intérieure sont également indispensables.
Le tout représente un coût de 43 000 € que l'association ne peut pas encore assumer totalement. Des contrariétés, des doutes, André Romano en a levés d'autres. Il espère pouvoir commencer les travaux début juillet.

Haut de page

Mentions légales